Return to site

Insertion professionnelle des jeunes : La situation se dégrade...

1 #5infosincontournables - numéro 24

A la demande de la ministre du Travail, France Stratégie et la Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques (DARES) ont lancé une concertation sur l’insertion professionnelle des jeunes réunissant les syndicats et des organisations de jeunesse, et livré, en janvier, un rapport de diagnostic.

Le constat : de nombreux décrocheurs, un marché du travail qui s’est globalement dégradé pour les jeunes et une insertion professionnelle plus compliquée en France qu’ailleurs en Europe.

Les points principaux à retenir :
- Multiplié par 3,5 en 40 ans, le taux de chômage des jeunes atteint 24% chez les moins de 25 ans (5e position loin devant l’Allemagne, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas). Il est de 13,8% pour les 20-24 ans et de 15% pour les 15-29 ans qui ne suivent pas de formation. Les moins diplômés connaissent un taux de chômage 3 fois supérieur à celui des diplômés. Des obstacles supplémentaires rendent encore plus difficile l’accès au monde du travail (mobilité, maîtrise du numérique, santé, logement…) malgré des dispositifs d’aide, souvent jugés trop complexes par les jeunes et par les employeurs.
- Les jeunes connaissent un « surchômage » important lors de leur entrée sur le marché du travail qui persiste pendant plus d’une dizaine d’années ensuite.
- Le taux d’activité des 15-24 ans était de 4,5 points inférieur à la moyenne européenne en 2015. A 15%, il est en hausse, mais inférieur à certains pays qui favorisent davantage l’apprentissage (Allemagne, Pays-Bas,...). 35% des 15-29 ans ont un contrat temporaire (CDD, intérim, apprentissage). Si l’apprentissage est plus efficace que la voie scolaire, le taux de rupture des contrats s’élève malgré tout à 27%.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly