Return to site

Et vous, que faisiez-vous à 13 ans ?
+ 4 autres infos qu'il ne fallait pas rater #Education #Jeunesse

Le n°16

· lettre de veille

13 ans, l'âge moyen des enfants placés à l'ASE

Selon une étude de la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques, fin 2012, l’Aide sociale à l’Enfance (ASE) hébergeait 55 000 jeunes, en moyenne âgés de 13 ans, dont près de 75% dans des MECS (Maisons d’Enfants à Caractère social).

Près de 67% de ces placements sont judiciaires :
- 4 enfants /10 retournent ensuite dans leur famille ;
- 2 enfants /10 sont orientés vers d’autres établissements de l’ASE ;
- 1 enfant /10 habite chez un assistant familial ;
- Moins d’1 enfant /10, parmi les plus âgés, obtient un logement personnel ou accompagné.
90 à 95% de ces jeunes entre 6 et 16 ans sont scolarisés (98% pour la moyenne des enfants du même âge en France).

De fortes inégalités géographiques
face au décrochage scolaire

Le Ministère de l’Éducation nationale publie une nouvelle édition de l'Atlas des risques sociaux d’échec scolaire, basée essentiellement sur le recensement de 2011. Cette approche géographique complète l'analyse souvent développée des inégalités sociales de notre système scolaire.
A noter : 2 700 000 jeunes de 15 à 24 ans ont été recensés non scolarisés, soit 35% de cette tranche d’âge. 685 000 d’entre eux n’étaient pas diplômés, soit 25% de ces jeunes en France métropolitaine.

Les jeunes migrants et l'école

Pendant l'année scolaire 2014-2015, 52 500 élèves allophones arrivants ont été scolarisés sur l’ensemble du territoire français (premier et second degrés confondus), soit 0,56% des effectifs.

L’Ile-de-France accueille plus de 33% des élèves migrants, la région Rhône-Alpes 13%, le pourtour méditerranéen 12% et l’Alsace et la Lorraine 7%.

Près de 90% de ces jeunes ont intégré des classes spécifiques ou des classes ordinaires avec soutien linguistique.

48 millions d'enfants déplacés dans le monde

L’UNICEF dénombre 48 millions d'enfants déplacés dans le monde, dont 31 millions de réfugiés et 17 millions de déplacés au sein de leur pays, chassés par les conflits, l’extrême pauvreté ou la violence des gangs.
En 2015, environ 45% des enfants placés sous la protection de l’ONU étaient syriens ou afghans.
L’UNICEF dénonce les risques de maltraitance des enfants réfugiés et attend de l’ONU des engagements clairs : alternatives à la détention des enfants, préservation de la cohésion des familles et accès à l’éducation.

L'éducation sous le regard de l'OCDE

L’OCDE vient de publier l’édition 2016 de « Regards sur l’Éducation ». L'étude des 35 pays membres et de pays partenaires (Afrique du Sud, Brésil, Chine, Russie, Inde, Lituanie…) pointe de nombreux enseignements, parmi lesquels :
- Le financement de l’enseignement supérieur : En moyenne, 5,2% du PIB sont consacrés à son financement, dont environ 1/3 pour le tertiaire. 30% de ces dépenses reposent sur des entités privées (dont les 2/3 sur les ménages). Toutefois, pour ne pas pénaliser ceux qui ont le potentiel pour suivre des études, de nombreux pays différencient les frais de scolarités, proposent des bourses, des allocations et des prêts auxquels de plus en plus d’étudiants ont recours.
- Les disparités hommes/femmes pendant et après les études : Dans l’enseignement tertiaire, les femmes sont majoritaires, mais elles suivent et réussissent moins aux niveaux supérieurs. Sous-représentées dans certains domaines (sciences, ingénierie…), elles sont surreprésentées dans d’autres (éducation, santé…). Le déséquilibre persiste sur le marché du travail et dans les revenus, ainsi qu’au sein même du corps enseignant.
- Le taux de pré-scolarisation augmente : Entre 2005 et 2014, en moyenne, il est passé de 54% à 69% pour les enfants de 3 ans et de 73% à 85% pour ceux de 4 ans. Mais cette pré-scolarisation, pourtant déterminante pour l'intégration des enfants issus de l'immigration est bien moins fréquente pour ces derniers que pour les autres enfants.
- Le corps enseignant vieillit : La profession n’est plus attractive. Les salaires ont été gelés ou réduits entre 2009 et 2013. Le taux d’enseignants de 50 ans et plus a augmenté dans l’enseignement secondaire dans 16 des 24 pays dont les données sont disponibles.
- L'importance du rôle des chefs d’établissement : Plus de 60% d’entre eux amènent les enseignants à concevoir collectivement de nouvelles méthodes pédagogiques, à améliorer leurs compétences pédagogiques et à se sentir responsables des acquis des élèves.
 
Rapport de l’OCDE

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly