Return to site

Au sommaire du n°10 des "5 infos qu'il ne fallait pas rater sur l'éducation et la jeunesse"

60 000 jeunes parrainés d'ici fin 2017 ?

Le ministère du Travail, en collaboration avec le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, les missions locales, Pôle Emploi et les structures nationales de parrainage, vient de lancer sur son site une plateforme favorisant le parrainage de jeunes par des professionnels en activité ou retraités et des entreprises. L'objectif est de toucher 60 000 jeunes d'ici fin 2017.

Le décrochage,

des causes plus scolaires que sociales

Le décrochage scolaire (non-poursuite d'études avant d'avoir achevé une formation secondaire complète) est l’aboutissement d'un processus scolaire bien plus que des conditions sociales dans lesquelles les jeunes évoluent.

C’est ce que révèle un rapport du Centre de Recherches en Éducation de Nantes, paru en avril, à partir d’une enquête conduite dans l’Académie de Créteil en 2013 : "Les motifs de décrochage par les élèves. Un révélateur de leur expérience scolaire".
Le niveau acquis en 6e permet à lui seul d’expliquer près de la moitié du risque de décrochage.
Les jeunes décrocheurs considèrent majoritairement le système scolaire comme inadapté, sélectif et injuste. Ils rejettent l'institution scolaire et souhaitent majoritairement rejoindre le marché du travail. Mais, paradoxalement, le décrochage scolaire compromet fortement l'accès à l'emploi des jeunes concernés.

La lutte contre le décrochage scolaire est devenue un enjeu prioritaire tant au niveau français qu’au niveau européen.

La France mal classée par l'UNICEF

L’UNICEF vient de publier son rapport annuel sur l’"Équité entre les enfants" dans 41 pays de l’Union européenne et de l’OCDE.

Parmi les principaux enseignements :

 

  • Revenus : la France est en 13e position, avec 9% d'enfants vivant sus le seuil de pauvreté ;
  • Santé : plus de 30% des enfants entre 11 et 15 ans sont touchés par des problèmes de santé au quotidien, ce qui confère à la France la 27e place (sur 41 pays) ;
  • Bien-être : entre 11 et 15 ans, 30% des filles sont insatisfaites de leur vie, contre 14% des garçons.
  • Et enfin, en matière d’inégalités scolaires, la France se trouve en 35e position (sur 37 pays). Et ces inégalités ont évolué de 4,2 points entre 2006 et 2012.

L’origine sociale et les différences de revenus des foyers sont des facteurs déterminants auxquels s’ajoute un manque de politiques équitables en faveur des enfants.

La rentrée 2016 se prépare...

Alors que les différents ministres de l'Education nationale qui se sont succédé depuis le début du quinquennat tiraient début mai un premier bilan de la "refondation de l'Ecole", le ministère a publié sa circulaire de rentrée 2016 mi-avril. Les principaux points sont :

- Nouveaux programmes pour l'école élémentaire et le collège et diffusion de nouveaux manuels au collège. La polémique gronde d'ailleurs au sujet des exercices proposés pour les "fameux" EPI.

- Évaluation : mise en place de 2 temps d’évaluation, au début du CE2 en français et en maths, et à l’entrée de toutes les 2des et de la première année de CAP (généralisation d’un livret scolaire numérique).

- Réforme des ELCO (Enseignement de Langue et Culture d’Origine) ouverts dès le CE1 aux élèves volontaires.

- Priorité au primaire : accueil en maternelle des moins de 3 ans, création de postes, formation continue, incitation à équilibrer les emplois du temps et création d’un conseil de Cycle 3 croisant enseignants du primaire et du secondaire.

- Au lycée, développement de l’option "Informatique et création numérique" en 1ères S, ES et L.

- Lycées professionnels : nouveaux dispositifs d’accueil et d’orientation réversible des CAP et 2des pro., préparation au stage professionnel et préconisation, pour les sections STS (techniciens supérieurs), d’accueillir des bacheliers professionnels.

- Maintien du plan numérique et évolution du B2i (Brevet informatique et internet) avec un référentiel commun au scolaire et au supérieur qui pourrait aboutir à une certification reconnue par le monde professionnel.

- Éducation prioritaire : Aide aux devoirs, cohérence des formations et nouvel accompagnement en rep+.

- Santé : approche globale de l’hygiène et de la santé et maintien de la loi Evin dans les établissements scolaires.

L’absentéisme dans le 2d degré : un phénomène très concentré

50% des absentéistes sont concentrés dans 10% des établissements, selon une étude de la Direction de l'Evaluation, de la Performance et de la Prospective du Ministère de l'Education nationale parue en avril.
Le taux annuel d'absentéisme est de 2,8% dans les collèges, 5,2% dans les lycées d’enseignement général et technologique et de 13,1% dans les lycées professionnels. Ce dernier chiffre s’expliquerait par des orientations parfois subies, des temps de transports élevés et des emplois d’appoint chronophages.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly