Return to site

Ce que 2018 réserve aux enfants et aux jeunes

Nouvelle année, nouveaux projets, nouvelles réformes !

· 2018,Réforme,Réforme éducation,Blanquer,Pénicaud

Nouvelle année, nouveaux projets ! Alors que le Gouvernement n’a pas encore soufflé sa première bougie, la feuille de route est chargée pour 2018 et les sujets touchant à la jeunesse et à l’éducation ne font pas exception. Voici donc ce que 2018 réserve aux enfants et aux jeunes.

L’école maternelle

L’objectif : « penser l’école de demain, pour en faire véritablement l’école de l’épanouissement et du langage » (Jean-Michel Blanquer).

La méthodologie retenue : des Assises de la maternelle, afin de mettre en avant les bonnes pratiques pédagogiques et éducatives et, à terme, de repenser la formation initiale et continue de tous les intervenants auprès des jeunes enfants.

Le calendrier :

  • Dès janvier 2018, une mission de préparation a été confiée au neuropsychiatre Boris Cyrulnik ;
  • En mars 2018 se tiendront les Assises de la maternelle, à la suite desquelles sera établie une feuille de route plus précise avec, dans le viseur, la rentrée 2018.

À lire pour aller plus loin ... Une mission sur l'école maternelle

Le baccalauréat

L’objectif : « donner à chaque lycée la possibilité d’imaginer, de consolider et de déployer son projet d’avenir » (Jean-Michel Blanquer).

La méthodologie retenue : une réforme pour un examen davantage axé autour du contrôle continu, l’année de Terminale ayant vocation à se clôturer avec seulement quatre épreuves selon les premières informations révélées à la presse.

Ce contrôle continu serait permis par la suppression des filières S, ES et L, remplacées par un système de « majeures » et de « mineures », autour d’un tronc commun et de modules choisis par les élèves selon leur profil et leur projet professionnel. Les épreuves de rattrapage seraient également supprimées, au profit d’un réexamen du livret scolaire.

Le calendrier :

  • En novembre 2017, Pierre Mathiot, ancien directeur de Sciences Po-Lille et ex-délégué ministériel au « parcours d’excellence » sous Najat Vallaud-Belkacem, a été chargé par le ministre de l’Education nationale de mener des consultations et une réflexion au sujet de la réforme du baccalauréat ;
  • Ledit rapport sera rendu à la fin du mois de janvier, à la suite de quoi Jean-Michel Blanquer devra probablement prévoir un temps de consultation des syndicats, qui commencent à manifester leurs inquiétudes ;
  • Rentrée 2018 : nouveau format pour les élèves de seconde ;
  • 2021 : entrée en vigueur du nouveau baccalauréat.

À lire pour aller plus loin ... Le bac : quels enjeux ?

L’entrée à l’université

L’objectif : « mieux s’orienter et réussir son accès au 1er cycle de l’enseignement supérieur » (dossier de presse du Plan Etudiants).

La méthodologie retenue : une réforme de la plateforme admissions postbac et un accent mis sur l’orientation, par un rôle privilégié des professeurs principaux (deux en classe de Terminale) et du Conseil de classe, ainsi que par l’organisation de « semaines de l’orientation ».

Le calendrier :

  • La nouvelle plateforme d’admission, Parcoursup, ouvrira le 15 janvier ; 
  • Tous les bacheliers le désirant devraient avoir une place dans une formation adéquate à la rentrée 2018.

À lire pour aller plus loin ... Du nouveau pour les étudiants

L’apprentissage

L’objectif : « transformer le système en profondeur pour en faire une voie d’excellence et de réussite pour tous les jeunes » (Muriel Pénicaud).

La méthodologie retenue : une concertation menée par Sylvie Brunet, rassemblant le ministère de l’Enseignement supérieur, le ministère du Travail, le ministère de l’Education nationale, des représentants des régions, les organisations syndicales, les organisations patronales et les chambres consulaires.

Cette concertation permettrait de recueillir les différents points de vue sur quatre sujets déterminés : parcours de l’apprenti, l’entreprise et l’apprentissage, la gouvernance et le financement, ainsi que l’offre de formation et la certification.

Le calendrier :

  • Le 10 novembre 2018, la concertation a été officiellement lancée ;
  • Le 18 janvier 2018 aura lieu une réunion de synthèse des travaux déjà menés, avant une réunion plénière le 25 janvier ;
  • Dans le courant du mois de février 2018 (première moitié), le rapport tiré de cette consultation sera remis à la ministre du Travail Muriel Pénicaud ;
  • Un projet de loi sera proposé au Parlement mi-avril : le calendrier relatif à l’effectivité de cette réforme sera alors précisé.

Le service national universel

L’objectif : préciser la proposition initiale de créer un « service militaire obligatoire et universel d’un mois », évoquée par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. Cette mesure aurait à terme pour but de restaurer le lien armées-Nation, « l’engagement, l’esprit de défense, la sécurité du pays, la citoyenneté et l’esprit civique » (Geneviève Darrieussecq).

La méthodologie retenue : une « mission inter-inspections de tous les dispositifs pour la jeunesse » a été missionnée et une « mission d’information sur le service national universel » a été créée à l’Assemblée nationale, afin de réfléchir à la forme et aux modalités que pourrait revêtir ce service citoyen. Ces deux missions doivent rendre un premier diagnostic, qui servira de base aux travaux d’une commission d’experts.

Le calendrier :

  • Fin octobre 2017, la mission inter-inspections a rendu son diagnostic ;
  • Le 31 janvier 2018, c’est la mission d’information de l’Assemblée nationale qui publiera ses conclusions ;
  • La commission indépendante d’experts sera nommée dans la foulée ;
  • La forme finale de ce service citoyen sera arrêtée aux environs de juin 2018, pour une première expérimentation en 2019.
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly