Return to site

13 enseignements
sur l'état de la jeunesse en 2015

Principaux enseignements d’une enquête réalisée en France dans le courant du mois d’octobre par Opinionway pour VERS LE HAUT et LA CROIX auprès d’un échantillon représentatif de 1002 jeunes, âgés entre 16 et 26 ans ; avec en miroir un échantillon représentatif de 1040 parents d’enfants de moins de 26 ans et un échantillon de 403 chefs d’entreprise.
I. JEUNESSE & AVENIR :
un potentiel immense… mais entravé.
[Indice 5,4 sur 10]

1/ La confiance des jeunes, un immense potentiel pour notre pays

Malgré la crise, malgré les obstacles dont ils ont bien conscience, les jeunes ont majoritairement confiance en leur avenir.

  • 74% considèrent que leur vie correspond à leurs attentes ; 69% sont optimistes quant à leur avenir.
  • A noter : les jeunes femmes sont moins confiantes que les jeunes hommes
    (65% vs. 72%) et moins positives sur leur vie (70% vs. 78%).

[Comparaison : 32% des adultes se disent « toujours optimistes lorsqu’ils pensent à leur avenir » / Baromètre de la confiance en politique Cevipof/Opinionway – février 2015]

2/ Un point d’alerte particulier pour les jeunes résidant en Zones Urbaines Sensibles et pour les jeunes au chômage, en décrochage par rapport au reste de la jeunesse

  • Seuls 46% des jeunes résidant en ZUS considèrent que leur vie correspond à leurs attentes.
  • Lesjeunes demandeurs d’emploi sont également les moins optimistes et les plus défiants. Seuls 37% estiment que leur vie correspond à leurs aspirations.

3/ Un sentiment de potentiel entravé en France pour la moitié des jeunes

  • 51% des jeunes pensent que leurs perspectives de réussite seraient meilleures à l’étranger.
  • Les jeunes qui ont un emploi partagent moins cette opinion (44%) que les autres.

4/ Des parents qui voient l’avenir en noir pour leurs enfants

  • 66% pensent que leurs enfants auront une vie plus difficile que la leur. Ce pessimisme est encore plus fort pour les parents de jeunes adultes (73%). En cause : la peur du chômage, de l’orientation, des grands choix de vie…
  • L’adage « petits enfants, petits soucis, grands enfants… » semble se vérifier :les parents d’enfants de moins de 3 ans sont un peu moins pessimistes (59%).

5/ Le plébiscite sans appel de la famille

  • La quasi-totalité des jeunes (94%) affirment pouvoir compter sur leur famille (parents, frères-sœurs, etc) pour trouver du soutien et desconseils en cas de difficultés.
II.  JEUNESSE & ECOLE :
une confiance fragile
[Indice 4,6 sur 10]

6/ Une confiance assez limitée dans l’école, hormis pour l’acquisition des savoirs de base

  • 70% des jeunes font confiance au système éducatif pour transmettre les savoirs de base. Les résultats sont nettement moins bons s’agissant de l’apprentissage du respect des autres et de la citoyenneté (52%), de la réduction des inégalités sociales (44%) ou de l’épanouissement personnel de chacun (43%).
  • Les jeunes résidant en ZUS sont relativement moins sévères que les autres à l’égard de l’école, signe qu’elle apparaît encore comme un outil incontournable à leurs yeux.
  • Même sur la transmission des savoirs de base, les parents sont plus sceptiques, surtout lorsque leurs enfants ont entre 18 et 26 ans. Seuls 55% de ces derniers font confiance à l’école sur ce point (contre 63% pour l’ensemble des parents).


[Comparaison : Taux de confiance des Français dans différentes institutions : PME : 84% / Armée : 83% / Hôpitaux : 82% / Police : 80% / Associations : 70% / Ecole : 68% / Eglise catholique : 56% / Justice : 52% / Médias : 30% / Syndicats : 29% / Partis : 14%. Baromètre de la confiance en politique Cevipof/Opinionway – février 2015]

7/ Ecole-entreprise : l’incompréhension

  • 75% des dirigeants d’entreprise considèrent que le monde de l’école n’est pas adapté au monde du travail. Les dirigeants des grandes entreprises sont les moins critiques, ceux du secteur industriel le sont particulièrement.

8/ Une équation réussite scolaire = réussite professionnelle très forte… Bonne ou mauvaise nouvelle ?

  • Pour les jeunes comme pour les adultes, la réussite scolaire reste un gage de réussite professionnelle (à 80%). C’est un constat assez lucide quand on constate que 53% des jeunes sortis depuis un à quatre ans de formation initiale sans diplôme ou avec le seul brevet sont au chômage. [contre 20,1% en moyenne / 27,9% pour les CAP/BEP ; 12,1% pour les DUT, BTS, DEUG ; 11,5% pour les licences, master, doctorat et écoles de commerce et d’ingénieur - Insee 2014]
  • Ce constat est problématique s’agissant de l’enseignement professionnel ou des filières courtes, dans la mesure où ces orientations ne correspondent pas forcément aux représentations de « réussite scolaire » aux yeux des jeunes et des parents, alors même qu’elles peuvent faciliter l’insertion professionnelle.
III.  JEUNESSE & ENTREPRISE :
le grand écart
[Indice de 4,1 sur 10]

9/ Des dirigeants d’entreprise qui affirment leur confiance dans la jeunesse, s’agissant de leur entreprise, mais qui reconnaissent que cette confiance du monde professionnel est limitée par ailleurs

  • Dans leur entreprise, les dirigeants affirment faire confiance aux jeunes (à 93%). Pour 71% des chefs d’entreprise, embaucher un jeune de moins de 26 ans n’est ni plus, ni moins risqué que l’embauche d’un salarié plus âgé. Mais de manière générale, près de 50% d’entre eux reconnaissent que les entreprises ne font pas assez confiance aux jeunes.
  • Le secteur industriel témoigne d’une confiance moins grande à l’égard des jeunes : pour 40% des dirigeants, l’embauche d’un jeune est jugée plus risquée que celle d’un salarié plus âgé.
  • Par ailleurs, les dirigeants ont conscience de l’image positive que représente la jeunesse pour leur entreprise, mais ils ont plus de mal à faire confiance sur le cœur de métier : ils font davantage confiance aux jeunes dans des fonctions de représentation extérieure (71%) que pour la gestion de projets ayant un impact financier important en interne (59%).

10/ Des jeunes qui considèrent que l’entreprise ne leur fait pas confiance et des parents qui leur donnent raison

  • La défiance ressentie par les jeunes est très forte (80% d’entre eux pensent que les entreprises ne leur font pas confiance), et confirmée par leurs parents (à 72%).
  • Cette défiance est particulièrement forte dans les zones rurales (87%) et moins forte en zone urbaine sensible (72%).
IV.  JEUNESSE & SOCIETE 
[Indice 3,1 sur 10]

11/ Pas de difficulté majeure d’accès aux sports, aux soins, à la culture

  • L’accès à la pratique sportive est jugé le plus facile (79% des jeunes le trouvent facile), devant l’accès aux soins (77%) et devant l’accès à la culture (74%).
  • Sans surprise, l’accès aux soins et à la culture est jugée plus facile dans l’agglomération parisienne qu’en région. L’accès à la culture est jugée plus difficile en zone urbaine sensible et dans les zones rurales.

12/ Une grande défiance par rapport au monde politique

  • qui leur laisse peu d’accès aux responsabilités (pour 73% des jeunes) ;
  • et qui n’est pas capable de les représenter et de défendre leurs intérêts (pour 83% des jeunes).

13/ Vivre ensemble : un point d’alerte sur la question confessionnelle

  • Pas de guerre des sexes, pas de guerre des générations dans les perceptions des jeunes ; mais un problème croissant sur la perception de l’état des relations entre personnes d’origines différentes, et surtout –particulièrement pour les jeunes -, entre les personnes de religions différentes.
  • Pour 46% des jeunes, les relations sont mauvaises dans leur entourage entre personnes de religions différentes (contre 38% pour les jeunes d’origines différentes, 20% entre les générations, 10% entre les sexes).
  • Plus les personnes interrogées sont jeunes, plus ces relations sont jugées mauvaises (de 51% pour les moins de 20 ans, à 40% pour les 23/25 ans).
  • A noter : pour les jeunes résidant en ZUS, la question générationnelle pose davantage problème : 50% considèrent que les relations entre les générations sont mauvaises, contre 20% pour l’ensemble de la jeunesse.
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly